X
X
L'auditoire

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook
Webonus
Le végétalisme, une fausse bonne idée?
Un lecteur a souhaité réagir à l'article «Dangereuses conséquences de notre steak» publié en p.11 du dernier numéro (n°239) de L'auditoire

Cet article prône l’alimentation sans produits animaux (« végétalienne ») comme remède au manque d’eau potable dans le monde. L’eau est bien un produit de première nécessité et la production de viande industrielle en utilise beaucoup, jusqu’ici aucun doute, mais d’imaginer l’alimentation végétalienne comme remède… Si on y regarde d’un peu plus près, l’argumentation n’est guère convaincante.

Tout d’abord, le « problème du manque d’eau » ne peut pas être appréhendé simplement comme un problème global. L’eau est un bien essentiellement local : si on manque d’eau dans certaines régions, on en a trop dans d’autres. Economiser de l’eau dans une région où il pleut beaucoup ne va pas automatiquement donner plus d’eau à ceux qui, à quelques milliers de kilomètres de là, vivent dans une zone aride. Il ne faut pas non plus oublier qu’il y a des produits animaux industriels (très gourmand en fourrages et en eau) et des produits animaux locaux, qu’on trouve bien souvent dans des zones où aucun autre aliment ne peut être produit. Deux exemples.



Premier exemple : nous avons en Suisse les produits d’origine animale des Alpes et du Jura, régions fort arrosées puisqu’il y tombe environ un mètre d’eau par an (1000 litres par mètre carré). Quand une vache est abreuvée à l’eau d’une source de montagne abondante, en quoi prive-t-elle un autre être ? De plus, quand cette vache se nourrit essentiellement d’herbe et de foin d’altitude, son fourrage vient de terrains où on ne pourrait pas faire pousser des légumes ou des céréales. Comme le résument les montagnards : manger du fromage, c’est encore ce qu’on a trouvé de mieux pour manger de l’herbe …Autre exemple, les immenses zones arides et désertiques, territoires où les humains vivent essentiellement d’élevage, là où rien d’autres que l’herbe et les épineux ne pousse. Dans ce cas, manger des produits animaux est justement la seule façon de vivre avec des produits locaux.

La question du lien entre l’eau et la consommation animale devient du coup complètement différente. Il existe des produits d’origine animale dont la production est adaptée au contexte et ne menace pas les ressources en eau.
Puisque le problème est la production industrielle, c’est elle qui doit être visée si on veut être conséquent et non pas l’ensemble des produits d’origine animales. Augmenter le nombre de "vegan" diminuerait peut-être légèrement la consommation de viande industrielle (à condition que les autres ne l'augmente pas au même moment!) , mais il semble que d'autres mesures seraient beaucoup plus efficaces, comme une diminution de la consommation chez le 98% ou 99& des gens qui ne sont pas végétaliens.

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Recherchez dans les articles

Agenda

Sélection d'événements choisis par la rédaction, pour ne plus rien manquer dans la région.

auditoire

Abonnez-vous, c'est gratuit!

L'auditoire n'est plus envoyé automatiquement à toute la communauté universitaire.
Si vous souhaitez continuer à recevoir notre douce prose dans vos foyers, il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous.

Et si vous nous aimez vraiment beaucoup, vous pouvez souscrire à un abonnement de soutien.