X
X
L'auditoire

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook
Webonus
Interview de Garegin Pogossian
Garegin est le seul garçon français de cette compétition. Il a 17 ans et 3 mois et étudie au conservatoire national supérieur de musique et de danse de Lyon. Entre deux répétitions, il a discuté un instant avec nous et a partagé, comme les autres candidats que nous avons interviewés, ce qu’est sa vie de danseur.

Depuis ce petit entretien, les sélections et la finale ont eu lieu… Et Garegin s’est vu attribuer la cinquième place, et donc une bourse qui lui assure d’être engagé dans une compagnie ! Un très grand bravo pour tes progrès cette semaine et pour ce bel accomplissement, bonne chance Garegin pour ta future carrière !!!

Le cours de contemporain des garçons, Garegin est au centre. © Fanny Utiger
Quand, pourquoi, où as-tu commencé la danse ? Et où danses-tu aujourd’hui ?

J’ai commencé dans un conservatoire, à neuf ans, parce que ma mère est prof de danse de caractère, ma sœur faisait aussi de la danse alors je me suis dit « Pourquoi ne pas essayer ? ». Maintenant je suis depuis trois ans au CNSMD de Lyon.

Est-ce la première fois que tu te rends en Suisse, ou à Lausanne ? As-tu pu voir un peu la ville ?

En Suisse, non, mais à Lausanne, oui. Je n’ai pas beaucoup pu voir la ville… A la fin des journées on est fatigué, on pense surtout à se reposer, on n’a pas forcément le temps.

Que représente le Prix à tes yeux ?

C’est un très grand concours international, très célèbre.

En avais-tu fait d’autres avant celui-ci ? En quoi Lausanne est-il différent ?

J’ai juste fait des petits concours. Ici il y a des gens qui viennent du monde entier, avec un très haut niveau, puisqu’il y a une grosse sélection avant de venir à Lausanne. C’est un concours de luxe en quelque sorte !

Tu trouves qu’il y a une bonne ambiance ?

Ah oui, c’est certain!

Tu as choisi la variation de Basilio [extraite de Don Quichotte], pourquoi ?

Parce que c’est une variation où l’on peut s’amuser. Dans la danse c’est important de prendre du plaisir, sinon ça ne sert à rien.

Et au niveau de ta variation contemporaine ?

Plan to B. Au départ je ne voulais pas la prendre, elle me semblait trop dure, trop rapide. Mais après je me suis dit que ça pouvait être un défi, donc je l’ai prise.

Fais-tu beaucoup de contemporain au CNSM ?

J’en fais deux à trois heures par semaine. Mais c’est différent de ce qui est enseigné à Lausanne, c’est un peu plus subtil là-bas.

Que préfères-tu entre classique, néoclassique et contemporain ?

Tout dépend de la pièce. Quand c’est très contemporain, ce n’est pas vraiment ma tasse de thé. Mais entre classique et néoclassique, même si ça dépend des pièces, ça me va en général.

La danse t’a-t-elle imposé des choix ou des situations difficiles ?

Garegin répète la variation de Basilio © Fanny Utiger
Oui, parce que quand on veut faire, quand on est dans ce métier, on voit souvent les mêmes personnes, socialement ce n’est pas qu’on n’est pas ouverts mais on a plus notre monde à nous. Alors que les gens ne savent pas comment marche le ballet. C’est un monde assez petit, mais qui reste ouvert !

Quels sont tes rêves pour ta future carrière de danseur ?

Voyager avec le métier que j’aime faire. Je n’aurais pas de compagnie fixe. Une compagnie où loger, oui, mais se déplacer et être invité un peu partout.

Alors quelle serait la compagnie de tes rêves ?

On débute tous un peu dans des petites compagnies, pas des compagnies-phares, disons. Moi j’aimerais bien débuter à l ‘American Ballet Theatre, mais c’est une grosse compagnie !

Si tu ne faisais pas de danse, vers quoi t’orienterais-tu ?

Je réfléchis… Pompier peut-être ! Sinon prof de danse, enfin ça reste dans le même domaine… Mais franchement, pompier !

Comment se passe ta vie de danseur ?

Je vais travailler au conservatoire, il y a des choses qui se passent bien, d’autres qui se passent mal, je retiens souvent ces choses-là, je rentre, je dors, et je retourne travailler ! C’est une certaine routine !

Que ressens-tu lorsque tu danses ?

Tout dépend si ce que je danse est bien maîtrisé ou pas. Parce que si ce que je fais est facile à faire, je vais vraiment m’éclater. Par contre, s’il y a une pression, des gens qui regardent, quelque chose en jeu, j’ai beaucoup plus de mal à me calmer et je suis plus dans la tension.

Et si tu devais choisir trois mots pour décrire la danse ?

Plaisir, art et… vie !

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Recherchez dans les articles

Agenda

Sélection d'événements choisis par la rédaction, pour ne plus rien manquer dans la région.

auditoire

Abonnez-vous, c'est gratuit!

L'auditoire n'est plus envoyé automatiquement à toute la communauté universitaire.
Si vous souhaitez continuer à recevoir notre douce prose dans vos foyers, il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous.

Et si vous nous aimez vraiment beaucoup, vous pouvez souscrire à un abonnement de soutien.