X
X
L'auditoire

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook
Politique / Société
Ça recommence.
OPINION – Il y a dix mois, on pensait avoir eu une idée de l’horreur. Puis il y a eu ce vendredi 13 novembre 2015. Et dire que c’était la Journée de la gentillesse…

Hier soir, le week-end débutait à Paris, les badauds profitaient des dernières terrasses d’un tiède automne. Hier soir, Paris faisait du sport, écoutait de la musique, vivait. Et puis, hier soir, dans Paris, des personnes abjectes ont commis l’inqualifiable. Cela commence par quelques alertes, les mêmes que celles qui, un midi de janvier nous avaient prévenus pour Charlie. Les mêmes toutefois qui auraient pu annoncer les résultats du match France-Allemagne comme prévenir des dernières petites facéties d’Alain Rebetez. « Une fusillade », on se dit que ce n’est pas possible, que les coups se perdront, que ce n’est pas ça, que ça passera… Et puis non, seconde après seconde, ça ne s’arrête pas, bien au contraire. Jusqu’à ce que plus d’une centaine d’innocents perdent la vie. En quelques heures, tout change. Les mots sont de plus en plus difficiles à trouver, car les moins pires restent bien trop pauvres : comment parler de l’inhumain ?

©Les Cartons

Ce qui s’est passé hier soir est abominable. Ce n’est pas un cauchemar, c’est pire. Si ça picotte ce n’est pas qu’une bonne âme vous pince pour vous réveiller mais qu’un connard vous fonce dessus à la kalachnikov, ou que vos yeux saignent de contempler de près ou de loin ce massacre. C’est la guerre ? Mais quel soldat prend d’assaut une salle de concert ? Où peut être la fierté de ces maigres fantassins, lorsqu’ils visent des terrasses de cafés ? Il semblerait qu’ils se soient faits kamikazes et aient eu la presque décence de se faire exploser tout seuls. Mais sachez, terroristes, que si vous vous tuez vous-mêmes, vous avez beau débarrasser la Terre de quelques forcenés, ce n’en est pas honorable pour autant : s’il existe un paradis, il vous reste interdit. (Quant à ceux qui pensaient en plus s’y taper septante-deux vierges, autant vous dire que c’est mal parti.)

Désemparés ?

Alors voilà. La France est en état d’urgence et le monde en état de choc. Bravo. Et ce n’est pas seulement la France, sous prétexte de vengeance, qui a été attaquée ; c’est la vie, c’est la culture, c’est le bonheur, mais c’est en fait ce que les terroristes ne connaissent pas, et on ne le répétera jamais assez. Une vague de résistance positive a d’ailleurs envahi internet et les communications officielles au soir même du drame. Puis, dans la gravité de la situation, au comble de leur modernité, les réseaux sociaux ont été d’une aide considérable et témoins d’une solidarité immédiate : rapidement, les parisiens s’entraident et proposent leur #PorteOuverte, pendant que Facebook met en place une application leur permettant de signaler à leurs proches s’ils sont en sécurité.

Les prochains temps seront graves. Les images afflueront, les hommages se multiplieront… et les commentaires pulluleront. C’est un contrecoup bien déplorable de ce genre de drame. On peut s’attendre aux déclarations des politiques de tous bords et de tous pays. Tonton Sarko s’est pour sa part empressé de prévenir d’une allocution prochaine sur le sujet… Ô indécence débridée ! Mais peu importe comment les bavards récupéreront ce massacre pour servir leur discours, personne ne pourra nier que ce qui s’est passé hier dans Paris donne un échantillon de ce que vivent au quotidien les réfugiés que nombre d’entre eux souhaitent refouler…

Bêtise forever

Il est encore tôt, et l’heure est au conditionnel. Cependant, même sans indication précise [ndlr: à l'heure où nous publions cet article, l'EI a revendiqué les faits. Nous n'en modifions pas les propos suivants pour autant.], un motif apparaît derrière ces abominations injustifiables. Rappelons-nous une phrase de Desproges – il est toujours le bienvenu : « Dieu est éternel, mais pas autant que la connerie humaine ». Elle nous donne en l’occurrence une bonne impression de l’infini. Terrorisme, obscurantisme, violente connerie, s’il devait y avoir une guerre, vous ne la gagneriez jamais. Et ce n’est pas en répandant la peur un vendredi 13 que vous emporterez le monde dans vos superstitions.

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Recherchez dans les articles

Agenda

Sélection d'événements choisis par la rédaction, pour ne plus rien manquer dans la région.

auditoire

Abonnez-vous, c'est gratuit!

L'auditoire n'est plus envoyé automatiquement à toute la communauté universitaire.
Si vous souhaitez continuer à recevoir notre douce prose dans vos foyers, il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous.

Et si vous nous aimez vraiment beaucoup, vous pouvez souscrire à un abonnement de soutien.