X
X
L'auditoire

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook
Politique / Société
C’est quoi ce CIRC ?
OPINION – Coup de sang ! Le CIRC ou Centre international de Recherche sur le Cancer, basé à Lyon, a communiqué lundi que la viande transformée est cancérogène pour l’homme et que la viande rouge l’est probablement aussi. Pour analyser l’info, la Matinale de la RTS sort la grosse sociologie.

Francesco Panese. © RTS

Environ 800 analyses effectuées de par le monde ont été passées au crible par 20 experts internationaux. Cette méta analyse a permis de confirmer ce que les professionnels de la santé savaient déjà, à en croire le Docteur Joakim Delarive interviewé par Darius Rochebin le 27 octobre au 19h30.

Le 1er octobre 2014, la Commission fédérale de l’alimentation (COFA) publiait un rapport sur les aspects sanitaires de la consommation de viande. On peut y lire que « la consommation régulière de viande rouge et en particulier celle de produits carnés (viande transformée) peut avoir, à long terme, des conséquences négatives sur la santé : augmentation de la mortalité et du risque de maladies cardiovasculaires, de certaines formes de cancer comme le cancer du côlon et de diabète sucré de type 2 ».

Le 11 février 2015, en réponse à une interpellation de Peter Föhn, le Conseil fédéral note pour sa part que « les résultats présentés dans le rapport ne sont pas nouveaux : une consommation réduite de viande et une grande réserve par rapport à la viande transformée sont conseillées pour être en meilleure santé possible ».

En bref, rien de nouveau sous la fourchette. On peut alors s’étonner qu’un an après les déclarations de la COFA, le même cirque recommence avec les chiffres du Centre international de Recherche sur le Cancer.

C’est que ce genre d’annonce – visant pourtant à apporter au public des données permettant une prise de décision libre et informée – dérange profondément les êtres bien peu rationnels que nous sommes. Le credo libertaire semble en effet se résumer à peu de chose : touche pas à mon cervelas, il en va de ma liberté personnelle (à noter que ledit droit n’a pas encore été consacré par la CEDH). Brillante analyse sur ce point du présentateur vedette de la matinale de la RTS : « bientôt on va apprendre que c’est la confiture à la fraise qui est cancérigène ». A 8h15, la révélation d’un Simon Matthey-Doret hyper protéiné et ne manquant pas de fer déçoit tous ceux qui croyaient enfin avoir trouvé une explication à l’anémie chronique de ses prestations radiophoniques. Face à la prudence scientifique et la retenue des communiqués de la COFA et du CIRC, la RTS s’adjoint le renfort d’un « expert » qui pourra sans doute tout éclairer. A coup de « moi je », l’étendard autoproclamé de l’objectivité scientifique adopte la confortable position de l’observateur neutre : « moi je ne suis pas du côté lobby pro viande ou anti viande, je ne suis pas oncologue, ni médecin ». Mais alors il est quoi ? sociologue. C’est tout ? oui c’est tout. Mais grâce à cette position privilégiée, Francesco Panese, Professeur à l’Unil, peut se pencher avec bienveillance sur les faits sociaux et nous les expliquer à nous, pauvres « citoyens mangeurs » (sic) qui n’avons rien compris et qui vivons dans l’inquiétude. Exit le cancer, l’écologie et le débat philosophique autour du surinvestissement pathologique de nos sociétés envers la chair animale. Non le véritable problème cataclysmique auquel le sociologue fait face, c’est celui des méchants groupes de recherche à tendance technocratique qui « occuperaient » constamment l’espace médiatique pour s’adresser directement au citoyen (quelle horreur !), occultant ainsi le débat politique. Et le rapport de la Commission fédérale de l’alimentation, M. Panese, c’est de la nourriture pour cochon ? Celui-ci a justement initié en Suisse les prémisses d’un débat au niveau politique. Mais cela, bien sûr, il n’en a pas été question. De plus, M. Panese semble oublier d’où il parle : en tant que scientifique, lui-même ne se prive pas d’ « occuper » la tribune médiatique (quand même, le site du journal Belge Le Soir a relayé ses propos) pour contourner le débat politique et nous présenter son propre communiqué de presse objectif, neutre et impartial. Tout ça tout ça. Communiqué pour communiqué, rappelons que le sien ne repose pas sur une compilation – quand bien même contestable – de 800 analyses internationales et qu’au terme de sa prestation, on est bien en peine de savoir au juste en quoi elle a nourri le débat public.

Sociologue « libre de tout intérêt », le citoyen Francesco Panese a surtout fait preuve de sa liberté d’opinion et n’est décidément pas intervenu au titre de scientifique. Car un chercheur aurait au moins tenté d’éclairer les multiples facettes de la question (souffrance animale, bilan écologique désastreux de l’élevage, questions sociales relatives aux diverses filières de la viande, importance de l’annonce au plan international face à l’augmentation spectaculaire de la consommation carnée dans les pays en voie de développement, etc.). A un mois de la Conférence de Paris sur le climat, c’eût été légitime et intellectuellement honnête.

A quand une étude sur les propriétés cancérogènes du mauvais journalisme et des discours « intellectuels » oiseux ?

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Recherchez dans les articles

Agenda

Sélection d'événements choisis par la rédaction, pour ne plus rien manquer dans la région.

auditoire

Abonnez-vous, c'est gratuit!

L'auditoire n'est plus envoyé automatiquement à toute la communauté universitaire.
Si vous souhaitez continuer à recevoir notre douce prose dans vos foyers, il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous.

Et si vous nous aimez vraiment beaucoup, vous pouvez souscrire à un abonnement de soutien.