X
X
L'auditoire

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook
Politique / Société
Quand un « coach en séduction » se met la communauté web sur le dos
Alors que nous parlions d’internet comme moyen de sensibilisation au harcèlement sexuel notamment, dans le dossier web du n°223, depuis dimanche nous avons un exemple supplémentaire des moyens d’actions pouvant être mis en place lorsque les internautes se mobilisent sur la Toile.

Vous avez certainement eu l’occasion de tomber sur le hashtag #TakeDownJulienBlanc présent sur de nombreux Tweets et posts Facebook ces derniers jours. Depuis le week-end dernier celui-ci est massivement utilisé par les internautes dans le but de dénoncer les pratiques d’un harceleur sexuel suisse, Julien Blanc (@RSDJulien), se disant «coach en séduction» pour le groupe Real Social Dynamics, leader mondial en la matière depuis 2002.
Mais l’histoire commence en septembre dernier, lorsque le concerné publie une vidéo YouTube à la suite d’un séjour au Japon où il met en avant les différences culturelles comme moyen de «baiser» plus facilement avec des femmes asiatiques, qui n’ont, selon lui, pas l’air de se défendre, justifiant ainsi un soi-disant paradis où les hommes blancs peuvent faire ce qu’ils veulent. L’intitulé «White Male Fucks Asian Women in Tokyo» annonce déjà la couleur. Lors de sa conférence devant une assemblée constituée majoritairement d’hommes occidentaux, il s’exprimait triomphant : «Au début, je ne savais pas jusqu’où je pouvais aller, mais deux jours plus tard, je me baladais dans la rue, je pouvais les attraper par la tête, et les pousser devant ma bite, à crier "Pikachu" en portant un t-shirt Pikachu, c’était ridicule! Même en abordant un groupe, je les attrapais une par une, je n’ai jamais été aussi heureux» (traduit de l’anglais). Des propos racistes et sexistes qui cachent une pitoyable misogynie, mais qui sont acclamés par son auditoire.
Ce sont exactement ces agissements qui font scandale sur la Toile depuis dimanche, lorsqu’une vidéo montage avec différents extraits montre clairement son comportement déplacé envers de jeunes filles japonaises qu’il attrape dans la rue et force à baisser la tête vers son entrejambe, tout en se moquant ouvertement de leur culture.






Actions et mobilisation: les hôtels ferment leurs portes
Depuis, les internautes à travers le monde tentent de faire couler cet individu en signalant massivement ses pages Facebook, YouTube et Twitter et en créant des pétitions afin d’annuler ses prochains séminaires prévus durant sa tournée mondiale.
A l’origine du hashtag et de la création d’une pétition sur Change.org visant à faire annuler les séminaires prévus, une jeune américaine Jennifer Li se bat sur Twitter. Des résultats ont rapidement émergé lorsque l’Hôtel Como de Melbourne a annulé mardi l’événement RSD qui devait avoir lieu.
Ce mercredi 5 novembre, les signataires de la pétition ont pu recevoir un mail de Jennifer Li annonçant que les Hôtels, où devaient se tenir la suite des séminaires cette semaine, à Austin et Seattle, ont supprimés les événements RSD programmés. La prise de parole des femmes et des hommes et le relais d’informations des médias, semblent avoir porté leurs fruits.

Les médias réagissent et soulèvent des problématiques de fond
Le webzine MademoiZelle.com a réagit lundi matin avec un article très complet sur la question appelant le public à se mobiliser et à agir. Très vite, les articles se sont multipliés relayés par différents médias comme le Japan Times qui assure que le Japon n’accueillera pas Julien Blanc à bras ouverts. Mais aussi L’Express, le HuffPost, le 20minute, le Femina et The Guardian.
Ce dernier soulève le caractère hypersexualisé que transpose une culture occidentale sur les femmes asiatiques, victimes d’exploitation sexuelle à travers le tourisme notamment. Un exemple parmi d’autres: le tourisme sexuel en Thaïlande qui fait scandale, exploitant de très jeunes femmes pour satisfaire les riches occidentaux dans un business plus qu’horrifiant.
C’est dans ce même esprit que Julien Blanc, à travers sa promotion du harcèlement et de la violence sexuelle comme moyen de régler le «problème» ou l’«obstacle» du consentement d’une femme, participe d’une culture du viol et prône la misogynie. En effet, toutes ses techniques visent à réussir à mettre n’importe quelle femme à n’importe quel moment dans n’importe quelle situation dans son lit, en passant par la mise en position de vulnérabilité de ces femmes. Il va encore plus loin en proposant des techniques d’approche frontale qui consistent à se rapprocher d’une femme, la saisir par le cou comme pour l’étrangler et lui faire signe de se taire et se calmer en mettant un doigt sur sa bouche en signe de silence. A cette occasion Julien Blanc diffuse sa technique avec le hashtag #ChockingWomenAroundTheWorld. Un acte de harcèlement qui n’a absolument rien d’une technique de drague et qui ne doit en aucun cas être confondu ou défini comme tel.

Coaching sexuel ou promotion d’une culture du viol
Mais le problème se situe à un autre niveau. Julien Blanc n’est de loin pas le seul à agir à la limite de la légalité et portant atteinte à l’intégrité physique et morale des femmes. Et ce n’est pas la première fois que ces agences de «coaching sexuel» se voient signaler leur pratique et soi-disant philosophie de séduction.
En 2013, The Independent publiait un article sur ce mouvement et les entreprises qui le cautionnent. Il souligne l’idée véhiculée par des groupes comme Real Social Dynamics qui font que le «non» d’une femme est compris comme «pas maintenant», et qu’ainsi il s’agit de persévérer – c’est-à-dire harceler – jusqu’à mettre la femme dans son lit, en usant d’un peu de force si nécessaire.
À travers l’existence de telles entreprises qui participent à la promotion d’une domination masculine, passant avant tout par la sexualité dont elle tire son pouvoir, apparaît l’ancrage profond de ce qu’on nomme une culture du viol dans nos sociétés. Dans un article paru l’an dernier sur cette domination sexuelle, le HuffPost définit qu’être une femme «c’est encore et toujours répondre aux injonctions de la scène patriarcale, c’est être prise, dans tous les sens du mot, dans un rapport de force».
MademoiZelle.com qui a déjà écrit plusieurs articles sur le sujet définit la culture du viol comme «un environnement social et médiatique dans lequel les violences sexuelles trouvent des justifications, des excuses, sont simplement banalisées, voire acceptées» sans trouver pour autant fondement. Même si dans de nombreux pays le viol est considéré comme un crime, les limites de sa définition restent souvent ambiguës, et c’est précisément avec ces «zones grises» que jouent des hommes comme Julien Blanc. Alors que le viol se définit par l’absence de consentement – consentement qui peut par ailleurs être retiré à tout moment –, la difficulté d’appréhender la définition de cette notion donne lieu à des débats sur le statut de victime de femmes violées qui se voient décrédibilisées par cette culture du viol ambiante.
Derrière ce genre de discours qui enseignent aux hommes la manière de chasser des femmes pour en faire des proies sexuelles, se cache un processus de dénigrement de ces dernières qui se voient retirer leur statut d’être humain. Des fins légitimant le pouvoir des hommes qui vont à l’encontre de tout le chemin déjà fait jusqu’ici pour le droit des femmes à êtres considérées comme des êtres humains, le droit de disposer de leur corps, et surtout le droit au respect et à l’égalité.

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Recherchez dans les articles

Agenda

Sélection d'événements choisis par la rédaction, pour ne plus rien manquer dans la région.

auditoire

Abonnez-vous, c'est gratuit!

L'auditoire n'est plus envoyé automatiquement à toute la communauté universitaire.
Si vous souhaitez continuer à recevoir notre douce prose dans vos foyers, il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous.

Et si vous nous aimez vraiment beaucoup, vous pouvez souscrire à un abonnement de soutien.