X
X
L'auditoire

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook
Politique / Société
Don Diana, le curé qui a fait trembler la mafia
L’Italie rend hommage à Giuseppe Diana, ce prêtre de la paroisse de Saint-Nicolas-de-Bari, à Casal di Principe, sa ville natale, dans la province de Caserte, qui se sacrifiait il y a tout juste 20 ans en devenant un symbole de la lutte contre la criminalité organisée.

Né en 1958, il est ordonné prêtre en 1982 après des études de philosophie et de théologie. Guide spirituel, professeur, écrivain, chef scout, exemple et témoin de l’engagement citoyen, Giuseppe Diana est devenu un emblème de l’antimafia, une lueur d’espoir toujours vivante après sa mort pour les jeunes qui veulent croire en un futur meilleur.
Don Diana parlait trop, dénonçait sans peur, ne respectait pas la loi du silence, la très répandue « omertà ». Il réveillait les consciences, offrait aux jeunes une alternative à la drogue, à la violence, à la mort, une vie meilleure. Un soir, il décide d’écrire un manifeste qu’il intitule « Par amour de mon peuple je ne me tairai pas» qu’il diffuse à Noël, en 1991, dans toutes les églises de Casal di Principe et de la région d’Aversa. Dans ce véritable testament spirituel, inspiré par les Saintes Ecritures, don Diana appelle à des plans pastoraux « courageux », à prendre un chemin concret contre le système mafieux. « Aux prêtres nos pasteurs, et confrères, nous demandons de parler clairement dans les homélies et dans toutes les occasions où il faut un témoignage courageux. A l’Eglise, de ne pas renoncer à son rôle « prophétique » afin que les instruments de la dénonciation et de l’annonce se concrétisent dans la capacité à produire une nouvelle conscience sous le signe de la justice, de la solidarité, des valeurs éthiques et civiles (Lam 3,17-26) ». Ce curé changeait les choses dans ce territoire que la Camorra s’était approprié. Et cette mafia napolitaine ne l’a plus toléré.
Ils se déguisent en bon chrétiens pour s’approprier le consensus de la population, ces mêmes criminels qui le 19 mars 1994 voulaient la mort de Giuseppe Diana. Parce qu’on ne parle pas, on ne touche pas aux affaires, on se soumet.
C’était le jour de son nom, St. Joseph. Ce jour-là, le curé se préparait dans la sacristie de son église alors qu’il s’apprêtait à dire la messe. Don Beppe, comme il se faisait affectueusement appeler, a été abattu par cinq coups de pistolet : deux à la tête, un au visage, un à la main, et un au cou. Coupable de l’assassinat, le clan des Casalesi, contre lequel il avait mené son action civile et religieuse. Problème réglé.
Ou presque.

« Son sacrifice n’a pas été vain »

La nouvelle a secoué toute l’Italie, quelques mois après l’assassinat d’un autre prêtre antimafia, Pino Puglisi. Le pape Jean-Paul II a dénoncé le meurtre de Don Beppe à l’angélus du lendemain, dimanche 20 mars 1994, en disant : « Je ressens le besoin d’exprimer une fois encore la vive douleur qu’a provoqué en moi la nouvelle de l’assassinat de don Giuseppe Diana, curé du diocèse d’Aversa, tué par des tueurs sans pitié alors qu’il s’apprêtait à célébrer la sainte messe. Déplorant ce nouveau crime odieux, je vous invite à vous unir à moi dans la prière pour l’âme de ce prêtre généreux engagé au service pastoral de son peuple. Daigne le Seigneur faire en sorte que le sacrifice de son ministre, grain évangélique tombé en terre et mort, produise des fruits de conversion sincère, de concorde active, de solidarité et de paix ».
A la Chambre des députés, le premier ministre Matteo Renzi à commémoré hier la figure du courageux prêtre. Toute l’assemblée (peut-être pas tous) s’est levée lançant un long applaudissement.
Dans la même paroisse où Don Diana trouvait brutalement la mort il y a 20 ans, une messe a été célébrée en sa mémoire, ce 19 mars, en présence de milliers de jeunes provenant de diverses régions de l’Italie. Cette foule s’est ensuite mise en marche dans un cortège en l'honneur de Beppe, parmi les routes de Casal di Principe jusqu’au cimetière où se trouve sa tombe. La présidente de la commission parlementaire antimafia, Rosy Bindi, était présente. « Aujourd’hui nous pouvons dire à voix haute que « Casalesi » est le nom d’un peuple et non plus celui d’un clan. La mort de don Diana a donné ses fruits » s’est exclamé don Ciotti, un autre curé très engagé socialement contre la criminalité organisée. Pour le frère de don Diana, le sacrifice de Giuseppe « n’a pas été vain » : « un peuple est en train de changer. Il avait 36 ans, c’était un type énergique, engagé pour les jeunes. Ils étaient des milliers dimanche et encore aujourd'hui, ce qui montre que les choses changent ».
Un « comité de don Diana » est né en 2006 afin de perpétuer sa mémoire et continuer à diffuser le message que ce prêtre à laissé en héritage. Pour une alternative à la Camorra, pour un futur meilleur.

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Recherchez dans les articles

Agenda

Sélection d'événements choisis par la rédaction, pour ne plus rien manquer dans la région.

auditoire

Abonnez-vous, c'est gratuit!

L'auditoire n'est plus envoyé automatiquement à toute la communauté universitaire.
Si vous souhaitez continuer à recevoir notre douce prose dans vos foyers, il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous.

Et si vous nous aimez vraiment beaucoup, vous pouvez souscrire à un abonnement de soutien.