X
X
L'auditoire

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook
Culture
Bref, c'était le premier jour du Paléo
Cette année encore, L’auditoire est de retour sur la Plaine de l’Asse pour la 43e édition du Paléo. Récit d’une première journée quelque peu surréaliste.


© Suzanne Badan
À peine les portes du Festival sont-elles franchies qu’une sensation étrange nous envahit. Comme l’impression de quelque chose d’anormal. Après un rapide coup d’œil jeté sur la plaine, c’est le choc. Pas de kaways multicolores à l’horizon, pas de glissades dans la boue, ni de visages ruisselants de pluie. C’est donc cela : le temps est bon, le ciel est bleu, et on n’a rien d’autre à faire que d’être heureux. Les douze vœux déposés par Daniel Rosselat à la Lanterne auraient-ils fait leur petit effet auprès des dieux de la météo ? Ou bien est-ce peut-être sa casquette à carreaux accordée à sa chemise ? On ne saura jamais. Toujours est-il que ce premier jour commence avec un plaisant petit goût d’irréel. Et nous ne sommes pas au bout de nos surprises. Après avoir effectué quelques pas incertains sur la terre sèche, nous voici nez à nez avec deux hommes à dos de dodos géants. Non, L’auditoire ne prend aucune drogue. Promis.

Une fois le choix du repas du jour réalisé – des disputes à la caisse, on n’a pas trouvé la bière qu’on voulait, on n’a pas envie d’en parler – il est l’heure de se diriger vers la grande scène pour voir la première grosse tête d’affiche de cette édition : KALEOOOO (hurlements, yeux en cœur, tout ça tout ça). Comme lors de la récente Coupe du monde de foot (qu’on aurait bien voulu qu’ils gagnent d’ailleurs), on peut quand même dire que ces Islandais, ils ont la classe. « On dirait Ken ! » « Haaan il est tellement beau gosse ! » : telles sont les exclamations perçantes et distinguées que l’on pouvait entendre retentir aux quatre coins de la foule. Il est vrai que le chanteur – Jökull Júlíusson de son petit nom – a tout du beau guitariste torturé qui fait rêver. Un peu comme, Julien Doré, mais en plus cool. C’est qu’on aurait presque envie de l’accompagner à la pêche au Merlan sur le lac d’Hágönglón un soir de décembre s’il nous le demandait. Soleil couchant, mèche dans le vent, trois accords de guitare et quelques notes sifflées, et nous voilà partis pour une heure de délectation. À peine dix mots adressés au public et pas un seul sourire mais pourtant on était fan. Respect Jökull.

Et puis il y a eu les si attendus Depeche Mode. Et si on avait parfois envie de crier à Dave Gahan de chanter plus fort, on a tellement aimé le voir faire la toupie et des frotti-frotta avec la barre de son micro qu’on lui pardonne.

C’était une belle soirée, mais ayons tout de même une pensée pour ce pauvre garçon qui s’exclamait : « quarante mille personnes et il fallait que je tombe sur elle ?! » d’un air désespéré. Il a pas eu de bol.

On se réjouit d’être demain, parce que I just can’t get enough (ok celle-là elle était facile).

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Recherchez dans les articles

Agenda

Sélection d'événements choisis par la rédaction, pour ne plus rien manquer dans la région.

auditoire

Abonnez-vous, c'est gratuit!

L'auditoire n'est plus envoyé automatiquement à toute la communauté universitaire.
Si vous souhaitez continuer à recevoir notre douce prose dans vos foyers, il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous.

Et si vous nous aimez vraiment beaucoup, vous pouvez souscrire à un abonnement de soutien.