X
X
L'auditoire

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook
Culture
Retour à la ligne

Laurent Elie Badessi, Man’s Back - Horse’s Back, Camargue, France, 1994. © Laurent Elie Badessi
L’histoire de la collection de Sondra Gilman et Celso Gonzalez-Falla commence lorsque Sondra Gilman découvre les œuvres d’Eugène Atget lors d’une exposition organisée par le MoMA à New-York. Elle réunit alors, pendant 40 ans, près de 1500 tirages originaux des plus grands noms de la photographie des XXe et XXIe siècles. Les photographies sont exposées dans l’escalier central de leur maison à New-York. Elles ne furent montrées au public américain qu’à deux reprises: la première fois en 1998 et la seconde en 2012. Pour leur première sortie en dehors du sol américain, les chefs-d’œuvre de la collection – l’une des dix plus grandes collections photographiques du monde – s’installent au Musée de l’Elysée à Lausanne où ils séjourneront jusqu’au 6 mai.

Mais comment trouver, dans ce panorama aussi riche et diversifié de l’histoire de la photographie, un fil conducteur? Encore fallait-il choisir parmi ce vaste choix que le couple de collectionneurs confiait au Musée de l’Elysée. Tel était le défi que rencontrèrent les commissaires de l'exposition. Soudain, une idée émerge: celle de la puissance, de la beauté de la ligne photographique. Il a finalement été décidé de ne montrer que 150 œuvres - soit le dix pourcent de la collection – afin de ne pas inonder les visiteurs sous une masse considérable de photographies.

Par ce choix et parce qu’il n’y a pas de parcours historique tracé par l’exposition, les visiteurs sont invités à faire résonner, dialoguer voire même parfois mettre en opposition les œuvres telles que celles de Berenice Abbott, Laurent Elie Badessi ou encore Walker Evans et ce, au travers de correspondances formelles. Il faut dire que de tout temps, les photographes n’ont cessé d'osciller entre deux tendances: l’illusion de la réalité ou la mise en valeur de la plasticité de l’image. À l’Elysée, le visiteur peut, certes, admirer le monde qui s’offre à lui. Mais le but que cherche à atteindre l’exposition est celui d’inviter ses visiteurs à oublier, abstraire la réalité qu’ils percoivent afin de découvrir la composition de chaque photographie.

L’exposition se divise en trois grandes lignes. La première est une ligne droite où on découvre les paysages quasi abstraits d’Hiroshi Sugimoto ou encore les décors énigmatiques de Robert Adams. Il est alors question de remettre en cause la structure de la photographie afin de saisir toute l’importance des lignes de forces de l’image et du sentiment qu’elle nous renvoie. La seconde partie est dédiée à l’abstraction. Elle aborde la ligne d’abstraction en tant qu’image et non plus seulement comme un paramètre de composition. Toute référence au réel se perd. Et enfin au grenier, la troisième et dernière salle est consacrée à la ligne courbe. On peut y admirer les lignes du corps photographiées par Robert Mapplethorpe ou encore l’un des célèbres tirages – Piss Discus (1988) – de la série Immersion de Andres Serrano où celui-ci immerge un objet dans sa propre urine puis la photographie (on espérera que ce tirage ne sera pas vandalisé comme l’a été Piss Christ (1987)). Cette section démontre alors toute la douceur et aussi la perfection des courbes humaines, qu’elles soient masculines ou féminines.


Nicolas Savary, Raptor, Musée de la Plata, 2014. © Nicolas Savary
Au sous-sol, le photographe contemporain lausannois Nicolas Savary présente son projet photographique. Pour CONQUISTADOR, l’artiste revient sur les pas de Louis de Boccard, un explorateur suisse parti pour le Nouveau Monde (l’Amérique, plus précisément, l’Amérique du Sud). Alors que Nicolas Savary est en résidence artistique en Argentine puis au Paraguay, il découvre, presque par hasard, les archives du noble Fribourgeois parti en exil pour l’Argentine à la fin des années 1880. Le travail du photographe renvoie ainsi à un travail sur l’archive. Dans un seul et même cadre, les images contemporaines dialoguent avec les clichés ou encore les agendas de l’explorateur. Tous deux exploitent des sujets d’actualité tels que l’écologie, l’industrie touristique ou encore les questions de développement urbain. CONQUISTADOR n’est que le premier chapitre de l’exposition, le second sera présenté dès le 27 janvier 2019 au Musée gruérien de Bulle.

En bref, l'exposition "La beauté des lignes" est un véritable hommage à la photographie. Tout au long de l’exposition, les clichés se complètent, s’interrogent, se répondent. La sélection faite par la commissaire d’exposition Tatyana Franck – qui n’est autre que la directrice du Musée de l’Elysée – offre à ses visiteurs une exposition hors du commun, unique et ingénieuse. Un défaut peut-être? La couleur rouge fauve des murs qui ne semble pas mettre en valeur les œuvres; pourquoi ne pas avoir opté pour des tons pastels comme c’est le cas au sous-sol? Si vous voulez garder une trace de cette exposition, le catalogue publié par le Musée de l'Elysée et Les Editions Noir sur Blanc est un ouvrage richement illustré. La collection Sondra Gilman et Celso Gonzalez-Falla est à voir absolument avant qu’elle ne quitte la Suisse pour se rendre à la Ferme Ornée de la Propriété Caillebotte à Yerres, près de Paris. Un petit défi? Cherchez le portrait de la collectioneuse Sondra Gilman par Mapplethorpe.

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Recherchez dans les articles

Agenda

Sélection d'événements choisis par la rédaction, pour ne plus rien manquer dans la région.

auditoire

Abonnez-vous, c'est gratuit!

L'auditoire n'est plus envoyé automatiquement à toute la communauté universitaire.
Si vous souhaitez continuer à recevoir notre douce prose dans vos foyers, il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous.

Et si vous nous aimez vraiment beaucoup, vous pouvez souscrire à un abonnement de soutien.