X
X
L'auditoire

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook
Culture
Programme Commun : que réserve l'édition 2018 ?
Pour la quatrième année consécutive, le désormais festival des arts vivants conserve ses engagements initiaux, grandit et s'affirme, fort de premières années qui ont su lui assurer un public fidèle et un rayonnement international.

Pas de chef ni d'organisation centralisée, aucune adresse sinon celle de son site internet, et pourtant, presque deux semaines de collaboration, savamment réglée, entre cinq institutions artistiques lausannoises : c'est ainsi que se présente le Programme Commun, en passe de devenir un incontournable événement culturel printanier, depuis sa première édition de 2015. On ne saurait assez répéter combien l'arc lémanique est un espace singulièrement privilégié, creuset de créations et de rencontres artistiques contemporaines ; le festival se veut, et se fait, célébration de cette ébullition culturelle. Elle l'honore aussi, en gardant accessibles des œuvres ultra-contemporaines.

©Programme Commun

Les valeurs constantes d'une manifestation qui s'affirme
Cette quatrième édition maintient son objectif de départ, soit celui d'une rigoureuse articulation entre les programmations des différents partenaires, prévue pour favoriser la curiosité des spectateurs sans provoquer de concurrence entre les œuvres qui leur sont proposées. Aussi ces douze jours sont-ils organisés de façon à ce que l'on puisse, si la soif nous en prend, découvrir le travail de tous les artistes présents. Entre les expositions – dont l'entrée, par ailleurs, est libre – et l'installation vidéo accessibles en journée, et les spectacles programmés pour qu'il soit possible de les enchaîner, l'impression de frustration qu'impliquent souvent les ambiances festivalières a de quoi s'amoindrir. Par les temps qui courent, on pourrait aisément redouter, voire reprocher une incitation à tout voir, conséquemment de moins apprécier en cumulant trop. Or le Programme Commun n'a pas pour vertu d'encourager une consommation excessive, et revendique avant tout une dynamique d'impulsion.

Aux organisateurs, il tient surtout à cœur d'y encourager une ambiance de réjouissance : "c'est un événement intense, festif, concentré dans le temps et dans l'espace", affirme Vincent Baudriller, directeur du Théâtre Vidy-Lausanne. De cette densité, l'on tire de quoi faire profiter le public – par la richesse de la programmation – comme les artistes, qui, professionnels ou en formation (La Manufacture est en effet aussi partenaire et propose notamment à ses élèves des activités particulières, assurant le pôle " transmission " du festival), bénéficient des rencontres et autres ateliers qui leur sont réservés, ainsi que du véritable forum artistique international que le festival est en train de devenir, mouvement qui correspond aux ambitions des organisateurs.

Conférence de presse du Programme Commun, le 6 février 2018 à l'Arsenic. De gauche à droite : François Kohler (Circuit), Philippe Saire (Sévelin 36, Les Printemps de Sévelin), Patrick de Rham (Arsenic), Vincent Baudriller (Vidy), Frédéric Plazy (La Manufacture). Bien que cela ne change en rien la qualité de la programmation du festival, plutôt paritaire, il faut relever néanmoins que les institutions artistiques contemporaines majeures de la région ne sont actuellement dirigées que par des hommes...


Cette édition donne en tout cas une impression de consolidation du projet, qui s'agrandit et se précise, proposant désormais, par exemple, un pass commun, qui, outre les tarifs préférentiels auxquels il donne accès, confère à la manifestation une cohérence plus grande encore. (Pass au prix de 10.- pour les étudiants, apprentis et moins de 25 ans et 20.- pour les moins de 30 ans, AVS/AI et demandeurs d'emplois. 30.- en plein tarif. Les places connaissent elles aussi des prix dégressifs selon ces mêmes catégories.)

Qu'y voir, qu'y faire
Que voir, donc, lors de ce quatrième Programme Commun, à quoi participer ? Un total de treize spectacles est à découvrir cette année entre les théâtres partenaires. L'éventail y est considérablement large, de la danse et du théâtre aux conférences-spectacles. Parmi tout cela, relevons par exemple une "battle" (ou "disputatio" ; Anciens, Modernes, choisissez le camp qui vous plaît) entre deux artistes versatiles, spécialistes de musique globale : pour Clash of Gods, platines, plateau, décors, instruments et même danseurs sont mis à la disposition des Suisses Christophe Jaquet et Thomas Burkhalter entre les murs du Théâtre Arsenic pour un duel au cours duquel le premier défendra l'état actuel de la musique globale contre l'avis du second. (Clash of Gods, Arsenic, du 13 au 18 mars)

Le camion de Cargo Congo-Lausanne en plein spectacle ©Matilda Olmi

Étendant presque le festival jusqu'au début du mois qui le précède, Stefan Kaegi propose avec Cargo Congo-Lausanne une œuvre singulière, qui, emportant ses spectateurs dans un camion, leur fait découvrir un pan de notre quotidien d'ordinaire invisible : le transit des biens que nous consommons. C'est aussi l'occasion de découvrir l'agglomération lausannoise par des voies inhabituelles, le tout en passant par le Congo. (Cargo Congo-Lausanne, au départ du Théâtre de Vidy à 19h30, créé le 1er février et à l'affiche jusqu'au 23 mars)

Les dispositifs scéniques plus traditionnels (encore que) ne sont bien sûr pas absents de la programmation. Parmi ceux-ci, la pièce de Mathieu Bertholet, Luxe, calme – le titre vous évoque-t-il Baudelaire ? Vous avez juste – illustre en 229 fragments et avec douze comédiens romands l'histoire des grands palaces suisses au XIXe siècle, dans une ambiance entre mort et idylle... Le metteur en scène, actuel directeur du Théâtre de Poche (Genève) promet un spectacle riche, que Vincent Baudriller qualifie de "portrait de la Suisse en creux". (Luxe, calme, Théâtre de Vidy, du 8 au 18 mars)

A l'Arsenic, la nièce de la grande chorégraphe du mouvement minimaliste Lucinda Childs (entre autres formée auprès de Merce Cunningham et ayant collaboré avec Philipp Glass), Ruth Childs, propose de découvrir quatre œuvres du début de la carrière de sa tante, créées entre 1964 et 1979. Cette proposition est aussi un retour en Europe de chorégraphies qui y furent déjà multiplement présentées lors de leurs créations. Et si la notion de danse minimaliste ne vous inspire pas assez pour vous convaincre de vous y rendre, regardez donc un extrait de Dance (1979), pour vous en faire une idée. (Particular Reel, Katema, Calico Mingling, Reclining Rondo, Arsenic, du 22 au 25 mars)

Mais encore
La liste de tout ce qui est à découvrir pour ces douze jours communs est riche et fort longue, on n'en fera pas un roman. Mentionnons encore la très probablement absurde et cocasse conférence-performance, Partition(s) que proposeront François Gremaud et Victor Lenoble – membre éminent, est-il intéressant de préciser, de IRMAR, Institut des recherches menant à rien… (Arsenic, du 20 au 25 mars) ou celle de Pamina de Coulon (Abyss, du 15 au 18 mars), " théâtre de la pensée ou essai parlé " selon Patrick de Rham, directeur de l'Arsenic.

Pamina de Coulon dans son monologue, "théâtre de la pensée", au croisement de l'histoire, de la sociologie, de la politique, de l'art... ©Dorothée Thébert-Filliger

A Sévelin 36, Jan Mertens présente Rule of Three, créé au dernier Festival d'Automne à Paris, spectacle " très dansé et proposant un travail sur la musique " selon Philippe Saire (17 et 18 mars). Dans le même établissement, Tabea Martin dansera les deux jours précédents une réflexion sur la finitude inspirée de Beckett (This Is My Last Dance, 15 et 16 mars), et Rodrigo García une création récente au pavillon de Vidy, confrontant Orson Welles et Macbeth (Eve Knievel contre Macbeth [Na terra do finado Humberto]). Durant tout le Programme Commun, les témoignages recueillis par Marc Staub, présentant le récit des 21 ans d'une multitude de personnes d'horizons divers, constitueront enfin une installation vidéo visible à la salle René Gonzalez du Théâtre de Vidy.

Et si vous préférez faire la fête
Les soirées d'ouverture et de clôture auront lieu respectivement à l'Arsenic et à Vidy. Comme chaque année, elles sont l'occasion de célébrer très concrètement la plateforme que représente le festival, et les arts qui la constituent. Un des objectifs indirects de ces deux soirées relève forcément de faire un peu de médiation culturelle : il est sûrement judicieux d'attirer dans les foyers des théâtres un public peut-être différent, qui, une fois sur place, serait curieux de découvrir les œuvres présentées les autres jours. Ces fêtes sont aussi des moments de rencontre, entre artistes, entre spectateurs, potentiellement entre tous. (Fête d'ouverture, Arsenic, samedi 17 mars dès 23h ; Fête de clôture, Théâtre de Vidy, samedi 24 mars dès 22h30)


Plus de photos et de spectacles en cliquant sur l'image au-dessus




Programme Commun, du 14 au 25 mars 2018, Théâtre Vidy-Lausanne, Arsenic, Théâtre Sévelin 36, La Manufacture, Circuit. Programmation et informations détaillées sur le site officiel du festival ou des institutions partenaires.

Nous vous parlions déjà en détail du Programme Commun dans le numéro 225, lorsque débutait la première édition. Numéro disponible ici (on y trouve notamment un entretien avec Vincent Baudriller et Sandrine Kuster – ancienne directrice du Théâtre Arsenic – réalisé par Séverine Chave).

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Recherchez dans les articles

Agenda

Sélection d'événements choisis par la rédaction, pour ne plus rien manquer dans la région.

auditoire

Abonnez-vous, c'est gratuit!

L'auditoire n'est plus envoyé automatiquement à toute la communauté universitaire.
Si vous souhaitez continuer à recevoir notre douce prose dans vos foyers, il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous.

Et si vous nous aimez vraiment beaucoup, vous pouvez souscrire à un abonnement de soutien.