X
X
L'auditoire

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook
Culture
Chronique troisième chapitre - Ou comment une chaise et un bâtiment racontent l’Histoire ?
Nous avons quitté Zürich pour nous rendre cette semaine dans l'incontournable capitale artistique suisse : Bâle. Au-delà du simple fait que la ville accueille (chaque deux ans) la plus grande foire artistique internationale Art Basel, dont la fréquentation de cette année a frôlé le million pour la 48ème édition, il faut dire que la région recèle une forte quantité de musées au prestige mondial. C'est pour cette raison que nous avons décidé d’y séjourner un peu plus longtemps que prévu, afin de vous faire découvrir deux musées hors du commun. Aujourd'hui, il s'agira de s'attarder dans un lieu insolite et unique au monde, qui comptabilise plus de vingt mille œuvres dans sa collection : le musée et campus de la maison d'édition de design Vitra.

À quelques minutes du centre-ville, le site de production Vitra s'implante à Weil-am-Rhein en 1950. Mais voilà qu'après 31 années fructueuses, le feu ravage le site et détruit tout sur son passage. Le fils du fondateur Rolf Fehlbaum en profite pour faire du site un véritable parc d'architecture moderne. Il engage alors les architectes les plus influents pour refleurir son site d'œuvres nouvelles, dont Frank Gehry sera le premier d'une longue lignée. L’architecte américain mondialement connu construit le Vitra Design Museum, qui constitue sa première réalisation sur le sol européen. Le bâtiment blanc, considéré comme une icône pour le style déconstructiviste, dégage une tension par l'imbrication de volumes géométriques différents. Pour une fois, l'artiste a l'autorisation de tordre les volumes et les angles afin de donner plus de contraste à son bâtiment. À l'inverse, les salles d'exposition intérieures sont simples et neutres.

Si le premier feu a ravagé le campus, c'est parce que ce dernier était situé bien trop loin du champ d'action des pompiers de la région. Pour éviter un nouveau désastre, le directeur décide alors de faire construire à l'extrémité du site la caserne des pompiers (1993). Ce sera au tour de la jeune architecte irakienne Zaha Hadid de faire preuve d'inventivité. La première réalisation de la jeune diplômée de Beyrouth illustre à merveille son style qui, de plus, se marie avec raffinement avec le bâtiment de Frank Gehry puisque que la construction est aussi de style déconstructiviste. Cela dit, Zaha Hadid préfère quant à elle, mélanger les plans plats avec des formes à angles aigus tels les triangles. Ici, une sensation de dynamisme est promue par ces rencontres de lignes droites qui forment les murs. La toiture illustre quant à elle à la perfection l'idée de non-linéarité du mouvement déconstructiviste.

Pour continuer sur notre lancée déconstructiviste, n’attendons pas plus longtemps et abordons, si ce n'est pas le plus célèbre des bâtiments du campus, la VitraHaus conçue par le cabinet d'architectes suisses par excellence Herzog & Meuron en 2010. Avec la nouvelle collection Home, le directeur de Vitra veut faire de cette collection de meubles destinés à la maison un moyen de combiner design et plaisir. Pour la présenter, il choisit alors les deux artistes suisses pour créer un espace qui servira de boutique, salle d'exposition et showroom. L'idée est alors de faire une maison de maisons. Le premier croquis représente douze maisons à toit pointu de taille et de hauteur différentes qui s'entassent et s'empilent en hauteur. C'est peut-être bien la première fois dans toute l'histoire de l'architecture que le bâtiment construit ressemble aussi fortement à une première esquisse. Mais,c’était sans compter les défis architecturaux auxquels s'apprêtaient à se confronter les architectes.Si ce geste de superposition paraît à première vue simple, il nécessite pourtant d’emboîter la maison du dessous avec celle du dessus afin d'éviter que la construction ne se transforme en un immense gratte-ciel. Si l'harmonie des lignes et des croisements donne un aspect d'équilibre, c’est que les architectes ont dû encastrer chaque maison dans les deux murs de la maison du dessous afin d'éviter de faire reposer le poids d'une maison sur les arêtes du toit, qui n'aurait de tout évidence pas résisté à la charge. Au rez-de-chaussée, les côtés d'une des maisons semblent d’ailleurs sur le point de s'effondrer sous le poids de la structure complète : une petite blague de la part des architectes. À l'extrémité de chaque maison, deux baies vitrées donnent sur le paysage architectural du campus mais dévoilent aussi l'intérieur de ce bâtiment à la façade noire et épurée. L'intérieur blanc se donne à voir et contraste ainsi avec l'extérieur. Le bâtiment permet ainsi d'obtenir une grande surface ouverte et une luminosité intense. Que le visiteur s'y perde à sa guise.


© Tiago Dosantos Morais

Puis, six ans plus tard et quelques mètres plus loin, l'occasion se renouvelle pour Herzog et Meuron de présenter une nouvelle construction : The Vitra Schaudepot. À première vue, il faut le dire, rien de bien fou :un entrepôt rectangulaire en brique sans fenêtre, avec pour seule ouverture sur l'intérieur une entrée des plus ordinaires. Ce volume monolithique, qui par sa forme semble fortement se rapprocher des douze maisons de la VitraHaus (voir plus haut), est le symbole d'une véritable renaissance de l’architecture d'un élément industriel traditionnel. En effet, les architectes ont choisi de briser les briques dans le sens de la verticale, ce qui leur confère à chacune d’entre elles un motif unique. Et si l’on se rapproche, les briques semblent flotter. Au lieu de les imbriquer les unes sur les autres, les deux artistes suisses ont en effet préféré les disposer indépendamment les unes des autres. Chaque brique peut donc être observée distinctement comme au musée. De cette manière, l'extérieur fonctionnel reflète l'intérieur de la construction : un nouvel espace d’exposition et de recherche. À l'intérieur, le mode d’exposition est inspiré par le modèle de développement de Darwin. Ainsi, la collection présente plus de 400 pièces de design classées par année et par mouvement. Cette présentation permet au visiteur de voyager à travers les différents styles en passant par le design italien ou le design scandinave jusqu'aux travaux actuels.

Et finalement, à l'extrémité Est du campus se trouve une construction beaucoup moins imposante mais tout aussi fonctionnelle : une maisonnette Diogène (2013) de l’architecte italien Renzo Piano. Ce cabanon minimaliste a l’avantage d'être transportable, à l’image du tonneau dans lequel vivait, loin de toute forme sociale de richesse, le philosophe antique grec Diogène de Sinope, , qui a inspiré l’architecte. L’avantage de l’œuvre est d'être autosuffisante elle collecte l’eau de pluie et dispose de ses propres panneaux solaires. Diogène réunit alors sous 6m2 toutes les fonctions essentielles : lit, cuisine et toilette. Si la philosophie de cette habitation interroge sur les nécessités vitales pour l’homme, elle rivalise avec la grandeur de ses camarades.

Pour conclure, le campus Vitra est un endroit hors du temps qui allie culture et nature. Il n’y a là pas de limite à la curiosité : laissez-vous porter par les bâtiments. Il est recommandable d’y aller en début de journée afin de pouvoir visiter le campus en entier. Car oui, le campus continue et comptabilise douze autres constructions, recelant chacune leur histoire, que nous vous promettons de vous raconter très prochainement.

Comme promis, nous resterons à Bâle une semaine de plus afin de vous faire découvrir un pur joyau suisse. Pour les curieux, suivez le chemin des cloches (2015) de Tobias Rehberger jusqu'au bout et vous saurez où nous serons très prochainement.

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Recherchez dans les articles

Agenda

Sélection d'événements choisis par la rédaction, pour ne plus rien manquer dans la région.

auditoire

Abonnez-vous, c'est gratuit!

L'auditoire n'est plus envoyé automatiquement à toute la communauté universitaire.
Si vous souhaitez continuer à recevoir notre douce prose dans vos foyers, il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous.

Et si vous nous aimez vraiment beaucoup, vous pouvez souscrire à un abonnement de soutien.