X
X
L'auditoire

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook
Culture
Surprise en bien
Valerian et la cité des mille planètes, épisode de la bande dessinée éponyme créée par le scénariste Pierre Christin et le dessinateur Jean-Claude Mézières, est le dernier film de Luc Besson. Plus grand budget jamais réuni pour un film français (deux-cents millions), le long-métrage a finalement été tourné en France – après des problèmes de crédit d’impôt –, mais avec un casting anglophone !

Valerian (Dane DeHaan), agent spatio-temporel, et sa partenaire Laureline (Cara Delavingne) ont une mission top secrète à remplir qui les mène sur la station orbitale Alpha, centre hétéroclite habité par des espèces qui, venues des quatre coins de l’univers, travaillent ensemble pour vivre en communauté. Il était clair qu’après la bande annonce, mais aussi après Lucy (2014), il n’y avait plus grand-chose à espérer ; pourtant, contre toute attente, il ne s’agit là pas d’une daube intergalactique. Que personne ne se méprenne, on n’a pas affaire à un chef-d’œuvre ; disons simplement que le film est passable, voire correct.




Les dialogues sont par moments nunuches, mais rien de bien trop dramatique par rapport au navet auquel on aurait pu s‘attendre. Sinon, le jeu est correct, même celui de Cara Delavigne, qui s’est améliorée. Néanmoins, certains diraient que cela est de faible importance tant qu’elle est en bikini la moitié du film (et c’est le cas) … La BO, rehaussée par Space Oddity de Bowie, devient acceptable (surtout placée ainsi au début, sûrement un moyen de brouiller le jugement !). En bref, rien de fantastique, mais ça passe. Par contre, la qualité des effets spéciaux des lieux est déplorable, tout comme l’effet de juxtaposition des personnages (eux-aussi en image de synthèse).

Finalement, on peut remarquer que le titre de la bande dessinée Valerian, changé en 2007 pour Valerian et Laureline n’a pas retenu l’attention de Luc Besson. Et non, quelques répliques dites « féministes » ne rendent pas l’ultra sexualisation des personnages féminins passable. Une rengaine fatigante. .

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Recherchez dans les articles

Agenda

Sélection d'événements choisis par la rédaction, pour ne plus rien manquer dans la région.

auditoire

Abonnez-vous, c'est gratuit!

L'auditoire n'est plus envoyé automatiquement à toute la communauté universitaire.
Si vous souhaitez continuer à recevoir notre douce prose dans vos foyers, il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous.

Et si vous nous aimez vraiment beaucoup, vous pouvez souscrire à un abonnement de soutien.