X
X
L'auditoire

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook
Culture
Oui, je le veux – Ivanov à l’Arsenic
Dans une adaptation moderne de la comédie dramatique d’Anton Tchekhov, Emilie Charriot pose un regard critique sur les enjeux de pouvoir qui caractérisent encore aujourd’hui les liens du mariage et de la famille.


@Nora Rupp


Sur une scène complètement nue, la pièce commence le jour du mariage de Nicolas, homme dégoûté de la vie, et de Sacha, fraiche jeune fille qui, touchée par l’accablement de Nicolas, lui propose son amour comme antidote, bien qu’aucun des deux ne semble y croire. Puis, par une ellipse qui durera en fait toute la pièce, l’œuvre de Tchekhov est restituée, dans une adaptation moderne et un peu raccourcie. Si le synopsis du dramaturge russe est respecté, il ne l’est pas sans un vernis contemporain, dû en particulier à l’adaptation du texte, aux costumes et à un schéma narratif bouleversé, qui nous rend les personnages et leurs préoccupations plus proches.
Nicolas, cet homme « fatigué de corps, d’âme et d’esprit », qui représente le petit bourgeois classique, vient de perdre sa femme, Anna, épousée pour sa dot, qu’il a lâchement délaissée et trompée durant la maladie qui l’a conduite à la mort. Accablé par la culpabilité, il n’en demeure pas moins insensible et las de son existence, renonçant même à épouser Sacha le jour de leurs noces. Evoluant dans un microcosme étouffant et hypocrite, les six personnages présentent tous cette même lassitude, témoignant finalement d’une grande solitude, d’une recherche constante et inassouvie de sens dans une société bourgeoise engoncée dans les relations de pouvoir, les ragots et les enjeux d’argent.

Combinant avec subtilité un sujet lourd et un ton léger, la mise en scène se caractérise par une grande proximité et complicité avec les spectateurs : les personnages s’adressent souvent directement au public, en particulier lorsqu’une des comédiennes, sortant de la trame narrative initiale, raconte à elle seule l’acte deux, dans un résumé frénétique et ironique hilarant. Le récit se décline ainsi sur plusieurs niveaux de jeux, les comédiens se jouant par moments eux-mêmes en train de développer leurs personnages, ce qui permet une certaine prise de distance par rapport au récit.

A travers le destin d’Anna, qui pour son mari a « sacrifié sa foi, son foyer et sa confiance » et celui de Sacha, qui se contraint à épouser un homme qu’elle n’aime pas pour tenter de le guérir de ses maux, ce sont les rapports de genre inégaux du mariage qui sont analysés par la metteure en scène Emilie Charriot. Ce message ressort peut-être le plus clairement lors d’une longue et dramatique tirade de Sacha, qui dépeint l’inégalité avec laquelle hommes et femmes s’engagent dans le mariage, la femme faisant de l’homme et de leur vie commune une priorité à laquelle tout peut être sacrifié, alors que l’inverse n’est pas vrai. Une analyse structurelle de l’institution qu’est le mariage est alors perceptible, institution où les femmes subissent une oppression qu’elles contribuent en même temps à perpétuer. En 2014, la première mise en scène d’Emilie Charriot était une adaptation de King Kong Théorie (Virginie Despentes, Grasset, 2006), une pièce empreinte d’un féminisme musclé qui dénonçait les mécanismes maintenant la femme dans une condition d’asservissement. Une analyse critique de la société patriarcale se profilerait-elle alors comme le fil conducteur des créations de la jeune metteure en scène?

Texte d’Anton Tchekhov adapté par Emilie Charriot/mise en scène Emilie Charriot/ avec Pierre-Isaïe Duc, Marie-Madeleine Pasquier, Valéria Bertolotto, Lola Giouse, Tomas Gonzalez, François Herpeux/ du 22 au 27 novembre à l'Arsenic

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Recherchez dans les articles

Agenda

Sélection d'événements choisis par la rédaction, pour ne plus rien manquer dans la région.

auditoire

Abonnez-vous, c'est gratuit!

L'auditoire n'est plus envoyé automatiquement à toute la communauté universitaire.
Si vous souhaitez continuer à recevoir notre douce prose dans vos foyers, il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous.

Et si vous nous aimez vraiment beaucoup, vous pouvez souscrire à un abonnement de soutien.