X
X
L'auditoire

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook
Culture
Brûle, petite allumette, brûle.
Cent cinquante ans après Andersen, la Compagnie Léon présente aujourd’hui Les petites filles aux allumettes, réinterprétations contemporaines du texte initial. Entre étincelles et extinction, le cœur vacille.

Traversant tout le spectacle, un son de neige de télévision nous poursuit, inlassable, s’éteignant à deux reprises pour marquer les transitions entre les trois relectures successives du conte d’Andersen, de celui qui parle d’une fillette qui tente de vendre des allumettes aux passants. En allumant quelques-unes pour se réchauffer, elle commence à avoir des hallucinations puis finit par mourir de froid, tandis que son âme rejoint sa grand-mère dans un monde plus clément.

La première relecture présente Andersen qui se rend apporter son manuscrit à la poste. En son absence, la grand-mère, qui ne supporte pas la fin malheureuse de l’histoire, s’invite dans la place. Elle tente de retaper l’histoire sur la vieille machine à écrire qui trône sur scène et rappelle le rôle primordial de la réécriture dans cette première partie. S’ensuit un passage très doux où la fillette éclaire brièvement la scène noire en craquant ses allumettes, moment malheureusement abîmé par le son de télévision qui, certes, suggère le froid et la neige, mais ôte une part de solennité au moment. La fillette entre alors dans une transe bruyante, transe que reflètent les lumières (petits cercles jaunes tourbillonnant) et le costume (robe foisonnant de pois), tandis que sa grand-mère tente, maladroite et comique tout à la fois, d’écrire ce qu’elle lui dicte et de danser avec elle. Elles « créent le monde » ! Le son monte, l’ambiance aussi, colorée et explosive.

Après un changement de décor un peu trop long, le son recommence et une nouvelle ambiance s’instaure, plus sombre : un monologue de la fillette sur Kierkegaard, trois figures en peignoir debout sur un bloc et une bande-son déroulant leurs pensées sur la mort. Lumière violette, discours confus, mais parfaitement assumés : l’un d’eux dit-même qu’ils parlent trop. Blackout. Fin de la deuxième partie.


©Cie Léon


Nouvelle transition qui nous place dans un salon où deux vieillards à l’air fou mais attachant discutent des mendiants et de la fillette, tandis que leur monde matériel s’écroule : le micro-ondes débloque, le néon clignote, les toasts sentent le brûlé jusque dans la salle. Se perdant dans des considérations sur l’existence commerciale (de nombreuses marques sont citées) marquée par le temps (un bruit d’horloge couvre le fameux « son de neige »), ils reviennent sans cesse aux mendiants qui les volent. Sous leurs yeux déconcertés et inactifs, un homme, un cambrioleur peut-être, vide progressivement mais calmement leur appartement, donnant du dynamisme à la scène. Les mendiants ne sont pas toujours coupables… La fillette, qui a pour seul bien ses allumettes, elle, entre. Saisissant un micro, elle nous donne un dernier mot, sur fond de guitare : oui, elle mendie, mais elle ne leur demande rien. Elle va partir. Calme, résolue, portée par la douce voix de la comédienne, cette fin montre que, malgré un texte parfois dur à suivre, sans cohésion étroite (à part la présence de la fillette, les liens entre les trois relectures sont plutôt distendus), le spectacle recèle en lui une certaine puissance qui a su remettre au goût du jour le conte d’Andersen.

Les petites filles aux allumettes / D’après Andersen / Mises en scène par La Compagnie Léon / Théâtre 2.21 / Du 12 au 15 octobre 2016.

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Recherchez dans les articles

Agenda

Sélection d'événements choisis par la rédaction, pour ne plus rien manquer dans la région.

auditoire

Abonnez-vous, c'est gratuit!

L'auditoire n'est plus envoyé automatiquement à toute la communauté universitaire.
Si vous souhaitez continuer à recevoir notre douce prose dans vos foyers, il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous.

Et si vous nous aimez vraiment beaucoup, vous pouvez souscrire à un abonnement de soutien.