X
X
L'auditoire

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook
Culture
Etre, simuler… Vivre, quoi.
Un « paumé », un « black » et une « lesbienne » travaillent dans un cinéma. Ce pourrait être le début d’une mauvaise blague… Ou tout simplement le résumé du Cinoche d’Annie Baker, actuellement au Pulloff.

Produit par le Théâtre claque, traduit de l’anglais par Antoinette Monod et Geoffrey Dyson, Le Cinoche a remporté le Prix Pulitzer 2014 de la meilleure pièce de l’année. Il raconte la vie de trois êtres, trois « stéréotypes » comme dirait l’un, balayant les rangées d’un vieux cinéma. Entre deux coups de balai, ils parlent de vieux films. De nouveaux aussi. Du numérique. Du 35 millimètres. De vomi. De familles. Et, surtout, ils écoutent leurs silences.

Le texte peut surprendre par sa simplicité. Pas de grandes histoires, pas de héros valeureux, juste le quotidien de trois employés qui volent un peu dans la caisse et qui s’en prennent à tous les déchets abandonnés sous les sièges. Et le tout prend une force extraordinaire sous la plume d’Annie Baker : chaque scène représente un creux entre deux séances, alternant les moments de banalité profonde et de confidences puissantes, donnant à la pièce le rythme de l’habitude, de la vie qui s’écoule lentement. Les employés se livrent peu à peu et les petites tensions longtemps refoulées prennent une ampleur considérable ; tout est bon pour redonner plus d’énergie à cette vie, que ce soit en lisant l’horoscope ou en se faisant une soirée rock. Ils commencent à veiller les uns sur les autres pour se trahir ensuite et se perdre de vue. Le texte est banalement vivant.

© Théâtre Pulloff


Et nous ne devrions pas être là pour y assister. Là où se trouve l’écran du Cinoche est assis le public, bien plus réactif et pensant que la vaste toile perforée sur laquelle on projette des photos superposées. Il est là, il écoute, il sourit. Le projecteur l’éblouit. Et lorsque les personnages se livrent les uns aux autres, pas avec des mots mais avec des silences, l’on se sent gêné car on en apprend beaucoup trop. Ces silences devraient rester dans Le Cinoche. Ces déclarations d’amour et cette branlette aussi.

Et pourtant, les personnages savent que nous sommes là. Ils s’adressent fréquemment directement au public pour lui faire des reproches sur les déchets qu’il abandonne. L’illusion théâtrale se brise régulièrement à chaque changement de scène : la lumière demeure, légèrement obscure, et nous voyons les comédiens se déplacer pour la scène suivante. Dans le jeu-même, le naturel disparaît quelquefois au profit du sur-jeu ou du sous-jeu. Les personnages ne savent plus s’ils sont ou s’ils simulent, les comédiens et le public non plus. Rose, Avery et Sam, nos touchants « stéréotypes », se donnent en représentation et il faudra attendre les saluts pour voir émerger les visages des comédiens.

Nous n’avons pas assisté à un spectacle grandiose, ni à une représentation médiocre. Nous avons simplement creusé un trou dans un écran de cinéma pour constater la douceur âcre de l’existence, ses explosions d’émotions qui font se hérisser les pupilles ou ses simples regards tantôt désabusés, tantôt vides comme un paquet de pop-corn après la première d’Avatar. Et la vie continue tandis qu’un projecteur numérique remplace un 35 millimètres.

Le Cinoche / d'Annie Baker / Théâtre Pulloff / jusqu'au 24 janvier

Vidéo de présentation du spectacle ici

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Recherchez dans les articles

Agenda

Sélection d'événements choisis par la rédaction, pour ne plus rien manquer dans la région.

auditoire

Abonnez-vous, c'est gratuit!

L'auditoire n'est plus envoyé automatiquement à toute la communauté universitaire.
Si vous souhaitez continuer à recevoir notre douce prose dans vos foyers, il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous.

Et si vous nous aimez vraiment beaucoup, vous pouvez souscrire à un abonnement de soutien.