X
X
L'auditoire

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook
Campus
L’ABRI : projection et discussion
Le jeudi 27 novembre, Amnesty HEL, COSPOL et L’auditoire unissaient leurs forces pour la projection de L’Abri, dernier film-évènement du cinéaste Fernand Melgar, suivie d’une table ronde. Compte-rendu.

© Stefano Torres

Connu pour son «cinéma de l’intranquillité», le réalisateur humaniste retrace dans L’Abri le parcours d’hommes, de femmes et d’enfants, errant au détour des rues lausannoises, à la recherche d’un peu d’argent, de nourriture et surtout d’un toit pour s’abriter une fois la nuit tombée. L’action se déroule principalement à l’abri PC de la Vallée de la Jeunesse, un hébergement d’urgence à l’intérieur duquel une minorité de chanceux bénéficient d’un repas chaud et d’un lit. Une vision de la misère qui met en lumière une Suisse que l’on peine à reconnaître et confronte inexorablement le spectateur aux injustices morcelant notre société.
Suite à la projection, les lumières se rallument dans la salle comble de l’Internef. Le générique silencieux laisse place à la discussion à laquelle prennent part Fernand Melgar, Daniel Simseck, intendant à l’abri PC de la Vallée de la Jeunesse, Oscar Tosato, conseiller municipal de Lausanne en charge de la cohésion sociale et René Knüsel, professeur ordinaire de politique sociale à l’Unil.

© Maxime Filliau

Un toit pour dormir
«Les films me choisissent», déclarait Fernand Melgar lors d’une interview antérieure. Comment l’idée de L’Abri a-t-elle germé dans la tête du documentariste? La discussion est lancée. Le cinéaste raconte s’être retrouvé très tôt au parc un dimanche matin, face à deux Africains qui dormaient sur un banc. Il avoue alors avoir découvert «un peuple de fantômes».
Le tour de table continue et Daniel Simseck prend la parole. Lui qui dans le film tient le rôle du «méchant» explique que sa tâche première consiste à «faire respecter l’ordre imposé par la municipalité». Un petit côté autoritaire peut-être hérité de sa carrière d’adjudant à l’armée. Quoiqu’il en soit, il relate que l’abri évoqué dans le documentaire a ouvert ses portes en 2001, à la demande de la municipalité de Lausanne, suite au décès d’une femme dans les toilettes de Saint-François. En 2002, le mandat est repris par la ville et depuis, la capacité du lieu d’accueil n’a cessé de croître. A l’heure actuelle, l’abri PC de la Vallée de la Jeunesse dispose de 65 places et est ouvert six mois par année. Evolution récente, les lits sont désormais attribués selon un système de réservation central. Un dispositif qui, selon Oscar Tosato, permet à chacun de savoir à l’avance où il passera la nuit suivante et qui, de ce fait, contribue à une amélioration de la santé publique en lien avec une relative tranquillité d’esprit.

«La force de la communauté se mesure au bien être du plus faible de ses membres.»
Oscar Tosato évoque l’importance, aux yeux de la municipalité, du combat contre la pauvreté, les inégalités et la discrimination. Trois lieux d’accueil, financés par la ville et le canton, sont dorénavant mis à disposition des sans-abris à Lausanne. De plus, la date d’ouverture de l’abri est maintenant fixe, et non plus régie uniquement par le critère de la température extérieure.
René Knüsel aborde ensuite la question de la suroccupation et des difficultés organisationnelles rencontrées dans la gestion de l’hébergement d’urgence. Selon le professeur, en dépit des différents mécanismes mis sur pied pour lutter contre la pénurie, le problème demeure infini et évolue selon la «logique de l’appel d’air»: plus il y a de places disponibles, plus le nombre de personnes demandeuses augmente. En effet, «la vitrine suisse attire des personnes peu informées, mais portées par un espoir très fort». Des propos relativisés par Oscar Tosato, qui précise que le documentaire présente des situations de dernier recours. «Personne ne part d’Afrique ou de Roumanie dans le but de venir loger à l’abri.» Cependant, la richesse attire, c’est un fait.

@ Stefano Torres

Un problème insoluble ?
Fernand Melgar se considère avant tout comme le témoin d’une pauvreté extrême qui se donne pour mission de rappeler que tout être humain, selon le respect des droits fondamentaux, doit pouvoir jouir d’un toit et d’une alimentation décente. «Peut-on admettre que des gens crèvent au pied de nos immeubles?», une question laissée en suspens par le réalisateur. Oscar Tosato acquiesce: «Il faudrait toujours faire plus, il y a toujours quelqu’un pour qui ce n’est pas assez». Le conseiller municipal confesse d’ailleurs vivre constamment dans la «crainte qu’il se passe quelque chose».
Selon Fernand Melgar, à l’heure où les disparités concernant la répartition des richesses sont de plus en plus flagrantes, la population suisse a peur de perdre ses privilèges. Le documentariste demeure malgré tout convaincu que cette situation n’est en rien une fatalité et que les solutions incombent non seulement à une responsabilité collective, mais également à chaque individu. «Il existe plein de possibilité d’agir concrètement au quotidien», notamment par le don d’un peu de son temps libre. Le site internet de la fondation Mère Sofia, organisme lausannois apportant son aide aux plus démunis, regorge de propositions. A bon entendeur!

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Recherchez dans les articles

Agenda

Sélection d'événements choisis par la rédaction, pour ne plus rien manquer dans la région.

auditoire

Abonnez-vous, c'est gratuit!

L'auditoire n'est plus envoyé automatiquement à toute la communauté universitaire.
Si vous souhaitez continuer à recevoir notre douce prose dans vos foyers, il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous.

Et si vous nous aimez vraiment beaucoup, vous pouvez souscrire à un abonnement de soutien.