X
X
L'auditoire

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook
Campus
Balelec
Vendredi 9 mai, quinze mille personnes se sont donné rendez-vous à l’EPFL dans le cadre du festival Balelec, plus grand festival estudiantin d’Europe.


(© Gaëlle Ramet)

Le campus de l’école polytechnique fédérale a revêtu son manteau festif le temps d’une nuit. Le festival fut une réussite totale. Et pour cause, c’est la quatrième année de suite que Balelec affiche soldout. Les billets du campus se sont épuisés en une semaine. L’organisation avait prévu une dernière vente des précieux sésames dès 18h30 à l’entrée. Elle s’est écoulée à 20h. Ainsi alors que le premier groupe de la soirée n’avait pas encore débranché ses micros, les quinze mille festivaliers étaient déjà au rendez-vous.

La tête d’affiche The Bloody Beetroots Live a tenu ses promesses. Alliant prouesses scéniques et un dj set bien rôdé, le groupe électro d’origine italienne a délivré une prestation aussi puissante que déjantée. Des centaines d’étudiants se sont déhanchés sur ces ondes électroniques avec fureur. Au centre devant la scène, les fameux « pogos » étaient de la partie. Mais si l’aspect « violent » de l’électro ne vous intéressait pas, il était toujours possible d’aller à la coupole. Ce club –qui est en fait une cafeteria réaménagée- diffusait de une minimal douce et envoûtante avec des groupes tel que les français N’to ou The Geek xrv. Ces derniers ont d’ailleurs magnifiquement conclu la soirée avec des reprises allant du célèbre Stevie Wonder au slovène Grammatik. Les nostalgiques du Muppet Show ont eux aussi trouvé leur bonheur avec les Puppetmastaz, groupe de rap berlinois constitué de marionnettes. Il y en avait pour tous les goûts, et si vous vous perdiez dans la foule, vous n’aviez qu’à vous laisser porter par la qualité des nombreux dealers de décibels présents.


© Gaëlle Ramet


Mais Balelec ce n’est pas uniquement la déchéance des étudiants en proie à une crise d’angoisse pré-examens, c’est également une importante et solide organisation de bénévolats. Malgré le taux d’alcoolémie généralement élevé, aucun débordement n’a été signalé. De nombreux stands de nourriture étaient par ailleurs sur place mêlant différentes perspectives culinaires : turc, mexicain, indien. Et pour en épuiser plus d’un, une arène de combat sumo s’est invitée au pied du petit amphithéatre du site. Les duels se sont enchaînés, déclarant souvent l’hilarité chez les nombreux observateurs. Les organisateurs ont réussi leur pari : métamorphoser un lieu d’étude et de vie communautaire en une arène sans merci de sons électriques.


© Gaëlle Ramet


Ce qui était au départ le bal de section « électricité » -comprenez balelec…- de l’école polytechnique fédérale lausannoise est devenu un monstre européen tant attendu par la communauté estudiantine romande et qui n’a plus rien à envier aux autres festivals d’Europe. Et nous en avons eu une preuve supplémentaire hier soir.


© Gaëlle Ramet

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Téléchargez le dernier numéro de L'auditoire !

auditoire

Archives

time_machine

Remontez dans le temps ! Retrouvez tous les anciens articles de L'auditoire ici.

Rejoignez-nous sur Facebook

Suivez notre actualité au quotidien; retrouvez chaque jour articles, concours et photos!

Facebook

Recherchez dans les articles

Agenda

Sélection d'événements choisis par la rédaction, pour ne plus rien manquer dans la région.

auditoire

Abonnez-vous, c'est gratuit!

L'auditoire n'est plus envoyé automatiquement à toute la communauté universitaire.
Si vous souhaitez continuer à recevoir notre douce prose dans vos foyers, il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous.

Et si vous nous aimez vraiment beaucoup, vous pouvez souscrire à un abonnement de soutien.